jeudi 30 juin 2011

Comment est née l’Eglise Universelle du Royaume de Dieu?












La foi, la révolte et le sacrifice sont l'essence de la vie avec Dieu. La foi nous fait rappeler le prophète Habacuc et son époque, quand Jérusalem était assiégée par Nabuchodonosor et sa destruction était imminente. Son livre n'a que trois chapitres et commence par une question: Pourquoi?

Et qui parmi nous, au moins une fois dans sa vie, n’a pas aussi demandé «pourquoi?». Pourquoi un enfant naît défectueux? Pourquoi un coup de foudre tombe du ciel et détruit la maison d’un pauvre? Pourquoi une balle perdue, dans communauté pauvre, tue un enfant innocent? Pourquoi?

Et Habacuc dans ses réflexions, au fond de son cœur, dit une magnifique et étonnante phrase qui ne pouvait provenir que de Dieu: «Le juste vivra par sa foi" Mais on ne pouvait pas le dire.

Dans un monde injuste où il y a tant d’inégalités, seule la foi est capable de garantir la vie. Sans elle, nous sommes tourmentés par les doutes et les craintes hésitantes, un sel sans saveur, un nuage sans eau à la dérive dans le ciel, une vague de la mer portée par les vents, un mort-vivant.

Naturellement, la foi provoque une révolte contre tout ceci et construit avec sacrifice la victoire finale. Ce chemin étroit et resserré fut celui tracé par Dieu pour que surgisse l'Eglise universelle.

L’Evêque Macedo, dans sa jeunesse, a fréquenté une église évangélique dans la Zone Sud, Durant près de dix ans. Son désir était de prêcher, mais les responsables de cette église ne voyaient pas en lui de vertu ou de talent, une quelconque expression qui puisse appeler l'attention. Il n'a même pas eu l'opportunité de servir en tant qu’ouvrier. Dix ans ne sont pas dix jours. Un autre aurait abandonné. Un autre se serait découragé. Lui, non. Et la raison était la foi.

Motivé par le désir de servir Dieu, lui et deux amis sont allés dans une église de banlieue. A ce moment-là, j'étais juste un garcon, mais je me souviens que là aussi le pasteur a fait la même évaluation. Après quelque temps, il a consacré les autres, mais pas l'évêque. Encore une fois, il était mis de côté, exclu, diminué, faisait face à des préjugés, au découragement et à la frustration. Un autre se serait découragé. Un autre aurait abandonné.

Un jour, je déjeunais chez ma grand-mère, lorsqu’il est entré. Et permettez-moi ici de briser légèrement le protocole pour mentionner honorablement cette femme extraordinaire. Un exemple inoubliable de renoncement, de dévotion et d'amour.

L'évêque est venu nous avertir qu'il allait quitter son emploi pour prêcher l'évangile. Il était déjà marié, avait une fille et sa femme était enceinte. Un acte de foi extrême provenant de celui qui était discrédité par tous. Pour une famille pauvre comme la nôtre, un emploi de fonctionnaire représentait la garantie d'une vie sans chômage.

Elle a juste demandé: «N’oublie pas de payer l'institut, pour assurer la retraite."

Quand je regarde cette orgie hystérique d'insultes les plus viles, cette haine névrosée, cette persécution implacable, ce déluge d'insultes, d’infamies et de calomnies contre l'évêque et l'église, que les gens sont capables de publier avec la plus équivoque conviction, la plus grande tromperie, la thèse absurde qu'il a façonné une formule pour exploiter les pauvres, j’en suis amèrement désolé. Certainement, ils ne connaissent pas l'Eglise Universelle, qui nous sommes et d'où nous venons.

Il se peut que dans certaines de nos églises, au Brésil, en Afrique, en Europe, en Asie ou ailleurs dans le monde, quelqu'un, un jour, être placé sur l'autel un sacrifice si grand comme le sien, pas plus élevé. Il a donné tout ce qu'il avait,

Son propre emploi sans une quelconque garantie, sans espoir, mais par la foi.

Un mois plus tard, sa deuxième fille est née un matin et le suis allé lui rendre visite à l'hôpital IASERJ. Elle est née avec une fente labiale et les bébés qui naissent ainsi, sont si maigres, avec des cernes, le visage déformé, une fente ouverte dans leur bouche, sans une partie des lèvres, ce qui rend impossible d'allaiter, car ils ne peuvent pas sucer, ils s’étouffent et beaucoup souffrent. Ce furent des jours, des mois, des années de souffrances atroces.

Sur le chemin du retour, de la Place de la Croix-Rouge jusqu’à la Place de la Gloire, marchant le long de la rue du Riachuelo, chaque pas fut une larme. Comme Habacuc je demandais: pourquoi? Pourquoi un homme pauvre, mais fidèle à la dîme, au moment suprême de son existence, lorsqu’il décide de quitter son emploi, son soutien, son gagne pain, pour prêcher la Parole, reçoit le prix d’une punition et l’une des pires, parce que je ne sais pas s'il y a de douleur plus grande pour un père que d’aller à la nurserie d'un hôpital, seulement pour voir, pour constater que sa fille est la seule malade, la seule blessée, fragile, souffrant et pleurant, tandis que d'autres sont si belles.

Et comme toujours, à des moments graves, ma famille s’est réunie chez ma grand-mère. Dans l'après-midi, il arrive. Il était bien sûr très triste, mais a dit deux choses que j’ai gardées. La première: «Je vais l’aimer plus que l'autre."

L'autre, dont il faisait référence était sa première fille, une enfant très belle. Je ne crois pas qu'il est possible d'aimer un enfant plus qu’un autre, mais il y avait un sens plus profond dans cette expression. Dans ce cas, c’était bien plus qu’un père qui essayait de compenser, de protéger ou d’évacuer sa douleur.

Plus tard, j'ai réalisé que l'essence de ces mots serait reflété dans l'émergence et l’agissement de l'Eglise Universelle, qui est décidément vouée à aimer plus celui qui souffre, l’affligé et le nécessiteux.

Il a tout de suite commencé à chercher les âmes perdues aux carrefours, dans les bidonvilles, dans les cimetières, dans les asiles, dans les catacombes du vice, dans la misère de drogues, dans l'échec des foyers détruits. Salles, entrepôts, cinémas commencèrent à se remplir de malades, de pauvres, de chômeurs, d’affligés, de possédés à la recherche de soulagement et de délivrance. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière.

La seconde chose qu'il a dite, fut: "Je ne vais pas rester furieux contre Dieu. Je vais rester furieux contre le diable. Dorénavant et plus que jamais, je vais envahir l’enfer pour sauver les âmes perdues. "

Il n'y avait plus là un simple jeune homme, obscur et anonyme. Là est né un leader. Là naissait aussi un peuple capable d’affronter les plus grands défis, les persécutions le plus dures et les plus virulentes. Un peuple de qualité et de force, qui ne recule pas, qui ne s’incline pas, qui ne fuit pas devant la lutte et ne craint pas le sacrifice. Un peuple qui a les yeux totalement fixés sur les promesses de Dieu, pour déchirer dans les horizons, la perspective éclairée de son destin. Un peuple déterminé, forgé, scellé par la foi en Dieu. Et cela parce que dans le moment le plus difficile, le plus cruel, le plus dur, un juste a vécu par sa foi!

L'Eglise Universelle n’a pas surgi de la délibération d’une assemblée d’hommes illustres, ou d’un conseil d’administration ou d’une assemblée de notables. Et encore moins, fut financée, sponsorisée, aidée par des subventions de l’état ou les recours d'un millionnaire bienfaisant. Cette église est la réponse simple, directe et fidèle d'un Dieu qui honore la foi, la révolte et de sacrifice.

La phrase, « Je ne vais pas rester furieux contre Dieu. Je vais rester furieux contre le diable.”, marque la révolte de la foi. S’il était resté furieux contre Dieu, ce serait de la rébellion, et le résultat serait un océan d'échec, un Himalaya de frustration. Les rebelles culpabilise Dieu pour les malheurs de la vie. La rébellion a des formes distinctes et subtiles de se manifester. Certains rebelles affrontent les commandements en défiant Dieu par leurs péchés et crimes. D'autres manifestent une indifférence froide et distante avec les choses de Dieu, ce qui rend leur vie une immense perte de temps et une triste histoire de médiocrité.

Il ya aussi les Pharisiens, qui sont les rebelles de l'église, ceux qui connaissent la Parole, mais ne la pratiquent pas.

Abraham était révolté quand il errait dans le désert en attendant la promesse qui demeurait à arriver. Cependant, il ne s’est jamais rebellé. Moïse s’est révolté contre l'esclavage de son peuple, comme Josué s’est révolté quand il a trouvé en terre promise des murailles et des géants, mais ils n'étaient pas rebelles. David s’est révolté contre les outrages de Goliath. Job, le plus révolté de tous, au sommet de sa souffrance, a maudit le jour de sa naissance, jamais ne s’est pas rebellé. Il continue à être, au fil du temps, l'exemple le plus véhément de ce qu'un homme est capable de supporter et de vaincre lorsqu’il est stimulé par sa foi. Et ce fut dans son sacrifice que Dieu lui a restauré sept fois plus ce qu’il avait perdu.

La vie du juste n’est pas une vie de couvent, de monastère sur le haut de la colline ou de sainteté absolue. C'est une vie de foi, de luttes au quotidien sur les plaines de la vie. Avec ses vertus et ses défauts, affrontant des injustices, étant persécuté, comme une brebis parmi les loups, qui parfois pleure, mais sait qu'il sera consolé, qui a soif et faim de justice et qui sera rassasié. Des gens simples et humbles du fond de leur âme. Quelqu’un qui met la main à la charrue et ne regarde pas en arrière, quoi qu’il lui en coûte, et cela peu importe la souffrance. Qui ne fléchit pas, qui n’est pas lâche. Des enfants de la foi, de la révolte et du sacrifice.

Soyez certain. Dieu voit/ ce que vous affrontez / que vous êtes persécuté, que vous affrontez des injustices / le noeud à la gorge / Dieu voit / votre visage affligé / tant de plans échoués / tant de nuits éveillé. Mais ce que Dieu a besoin de voir / est la révolte dans votre regard / la volonté de vous battre / et d’être béni. La foi vient de ce qu’on écoute / mais l'acte vient par la révolte. Sans lutte, il n’y a pas de victoire / il est tant d’agir la foi, la foi sans les œuvres est morte. Il est temps de se révolter / il est temps de mettre en action la foi / de construire nos rêves / ou Dieu est ou n'est pas. Il est temps de se révolter / temps d'actionner la foi. Il est temps que Dieu voit / que vous n'êtes pas un lâche.


















Ev. Marcelo Crivella

mardi 28 juin 2011

L’Indignation d'Anne!








était si profonde qu’elle n’avait même plus de force dans sa voix pour exprimer sa douleur.

Le cri d'Anne partait de son intérieur, de son âme.

Ce n’était plus supportable! Sa stérilité lui était inconcevable! Où était le Dieu d’Abraham? Comment pouvait-elle Le glorifier dans cette situation?

Elkana l’aimait plus que Penina, est alors?

Cela ne pouvait en rien lui retirer la honte de ne pas porter la gloire de Dieu!

Ne connaissait-elle pas les grands faits du passé? N’avait-elle pas entendu le témoignage de Sara, l’épouse bien-aimée d’Abraham? N’avait-elle pas été - elle, à son âge si avancée - visitée par la gloire de Dieu et n'avait-elle pas enfanté Isaac?

Pourquoi, aujourd’hui, vivrait-elle le contraire?

Etre stérile certes était une honte dans la vie d’une femme dans la société hébraïque de l’époque, car c’était un devoir, une obligation morale et une responsabilité pour toute femme de se marier et de concevoir un fils à son mari.

La stérilité était mal jugée, une femme stérile jetait un discrédit sur son mari et sur leur famille respective, les exposant à la honte et aux critiques.

Perpétuer la lignée familiale était une bénédiction, si la conception échouait la femme devait se résoudre au divorce et affronter le rejet de la société.

Anne était consciente de cette dure réalité et elle souffrait dans son cœur, bien qu’elle n’était pas délaissée ou jugée par son mari. Il lui témoignait même un amour profond et sincère.

Elkana, de son côté, était un bon mari, il ne se préoccupait en rien de ce que les autres pensaient ou disaient! Même s’il faisait face à la pensée de la société de l’époque!

Mais cette situation n’a pas accommodé Anne dans sa foi!

Elle aurait pu penser: “je suis quand même chanceuse, les autres femmes qui sont dans ma situation sont si rejetées, les pauvres! Moi mon mari m’aime et je vaux pour lui bien plus que 10 fils, lui-même me l’a déjà dit, bien des fois”.

Non! Je ne me plie pas devant cette situation!

Car la stérilité n’est rien devant la gloire de Dieu! Pourquoi vais-je vivre contre Sa volonté! Fera-t-Il une différence entre moi et Sara?

Et combien de fois, nous aussi, nous portons une stérilité dans nos vies et pensons “il y a des gens dans une situation pire que la mienne”, “c’est mon destin… ma croix, Jésus a souffert, je dois aussi souffrir…”

Arrêtons ce blablabla religieux qui ne fait que paralyser tout esprit d’initiative et de sacrifice en nous!

Anne a pris une Décision basée sur sa révolte: “Cette fois-ci, je ne vais pas attendre Elkana pour monter au temple, non! Même si c’est audacieux de le faire toute seule dans ma situation, peu importe, j’y vais pour avoir une conversation sincère avec Dieu, face à face! Et je vais lui offrir ce qu’il y a de plus cher à mes yeux, je lui consacre dès à présent ma vie et celle de mon fils, qui sera à Son service. Et cette honte, ce poids seront arrachés de ma vie pour la gloire de Dieu!”

Ah là oui! Anne a dépassé toutes les limites, elle était devenue le propre sacrifice vivant, saint et agréable aux yeux de Dieu, en allant au temple pour déverser son sang sur l’autel de Dieu.

Durant des années, elle a affronté mille et une situations, mille et une critiques et humiliations et même en étant dans le temple le propre homme de Dieu, Eli, l’a critiqué, pensant qu’elle était ivre, désespérée en raison de son problème! Jusqu’au bout elle a prouvé qu’elle n’allait pas revenir en arrière! Et elle ne s’est pas appuyée sur son mari, Eli, l’homme de Dieu, qui ce soit ou quoi que ce soit!

Et c’est exactement ce que nous devons faire, nous appuyer exclusivement sur notre propre foi qui, elle-même, est fondée sur les Promesses de Dieu!

Avez-vous déjà pris votre décision, basé sur votre indignation? Sachez que jusqu’au bout vous allez avoir des barrières qui vont s’élever, dans cette campagne, pour vous faire revenir en arrière, même auprès de ceux qui vous sont chers, même au sein de l’église. Mais le juste vit par sa foi!

Anne, comme Gédéon, comme les 300, s’est faite élire! Et a pu ainsi voir la Gloire de Dieu et glorifier le Dieu Vivant, son Dieu!

Pour terminer, n’oublions pas que derrière toute cette situation, à chaque seconde, minute, heure, jour, semaine, mois, année…. Dieu avait Son regard porté sur elle.

Entre les lignes de ce passage, nous pouvons comprendre au verset 5 (I Samuel 1:5), la volonté de Dieu: “Anne, que l'Eternel avait rendue stérile.”

A chaque instant, Dieu était en train d’attendre une réaction d'Anne pour manifester Sa gloire à travers sa vie. Et cela patiemment….

Il la voyait tous les ans monter, monter, monter et remonter religieusement avec apparemment de bons sacrifices entre les mains, même meilleurs que les autres, puisque son mari lui en donnait bien plus.

Mais Il attendait qu’elle s’offre, elle-même en sacrifice sur Son autel. Qu’elle déverse son sang, sa vie devant Lui, en dépendance totale car le SANG produit la VIE!

Dieu avait un Plan à travers cette femme stérile, rejetée, derrière cette honte, cette indignation. Il a ainsi cherché une femme vertueuse, de qualité, de foi, qui avait en elle un ardent désir de porter Sa gloire.

Finalement, n’est-ce pas le Prophète Samuel, fils d’Anne, qui a oint le Roi David? Et notre Seigneur Jésus n’est-Il pas issu de la descendance de David?.......

Et Lui-même, aujourd’hui ayant fait Le Sacrifice de Sang, pour nous, reste TOUS LES JOURS INDIGNE face à l’esprit d’échecs, peureux, lâche, religieux, accommodés de ceux, pour qui Il a donné Sa Vie…

N’est-ce pas INJUSTE de voir ce que Dieu a fait pour nous, d’avoir tout donné et que Ses enfants continuent à vivre sous le joug des forces du mal?!!!

La Réponse au Sacrifice Vivant:

Mon coeur se réjouit en l'Eternel, ma force a été relevée par l'Eternel; ma bouche s'est ouverte contre mes ennemis, car je me réjouis de ton secours…. Il gardera les pas de ses bien-aimés. Mais les méchants seront anéantis dans les ténèbres; car l'homme ne triomphera point par la force.

Les ennemis de l'Eternel trembleront; du haut des cieux il lancera sur eux son tonnerre; l'Eternel jugera les extrémités de la terre. Il donnera la puissance à son roi, et il relèvera la force de son oint.”

(1 Samuel 2:1; 9-10)

lundi 27 juin 2011

La Révolte en Belgique!










La Révolte Sainte









La révolte ne surgit pas par hasard, à partir de rien ou comme une bonne idée. Mais elle naît plutôt d'une réaction violente contre l'injustice subie.

A l’inverse de ceux qui se sont restés accommodés dans la foi, les révoltés cherchent leurs droits acquis sur la croix avec un ferme courage, détermination et audace.

C’est tout ou rien, la vie ou la mort devant le Dieu qui a fait des promesses à Abraham, Isaac et Israël, par le serment.

Les révoltés nourissent en eux un esprit d’indignation face à l'injustice subie et rejettent de continuer à vivre ainsi. Ils préfèrent la mort.

A l'exemple d'Abraham qui, fatigué de tant attendre, dit finalement à l'Eternel:

Seigneur Eternel, que me donneras-tu? Je m'en vais sans enfants...?” (Genèse 15:2)

De Moïse, lorsqu’il répondit:

Plutôt que de me traiter ainsi, tue-moi, je te prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, et que je ne voie pas mon malheur.” (Nombres 11:15)

De Gédéon:

Ah! mon seigneur, si l'Eternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent...” (Juges 6:13)

Chacun avait atteint les limites du désespoir. Ils n’ont pas craint pour leur propre vie ni pour celle de leur famille. C'était tout ou rien.

Par conséquent, la réponse fut IMMEDIATE:

Pour Abraham:

Ce n'est pas lui qui sera ton héritier, mais c'est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier. Et après l'avoir conduit dehors, il dit : Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit : Telle sera ta postérité.(Genèse 15:4-5)

Pour Moïse,Il lui répondit immédiatement:

Assemble auprès de moi soixante-dix hommes des anciens d'Israël…(Nombres 11:16)

Pour Gédéon, il se tourna vers lui est dit:

Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian; n'est-ce pas moi qui t'envoie?(Juges 6:14).

Celui qui affronte une injustice est de nature indignée. Il porte en lui une haine contre l’auteur des injustices.

La Campagne d'Israël est réservée aux révoltés.

Ev. Edir Macedo

samedi 25 juin 2011

Le Cri de la Révolte






Beaucoup de gens passent leur temps à comparer leur vie à celles des autres, et cela depuis leur plus jeune âge. Finissant par vivre, tout au long de leur existence, une pure et parfaite illusion.

Ils comparent leur enfance, études, carrière, réussite, richesses, famille, maison, voiture, mariage, enfants, vêtements, animaux de compagnie et la liste est …interminable….

Ils comparent ce qu’ils ont, ce qu’ils font, ce qu’ils sont.

Mais qui dans ce monde, compare sincèrement sa propre vie à la Parole de Dieu? Compare ce qu’il est, a, fait aux promesses registrées dans la Bible ? A la qualité de vie promise par notre Dieu ?

Qui a le courage de mettre sa propre vie sur la Balance de la Vérité et de la Sincérité à l’image de Gédéon ?

Seuls ceux qui réellement ont ouvert leur esprit à la Volonté de Dieu, notre Juste Juge qui s’irrite en tout temps pour ne pas voir Ses enfants se révolter alors que la victoire a déjà été annoncée et confirmée par le Sang!

Ceux qui ne regardent ni à droite, ni à gauche mais qui regardent vers leur Dieu comme Père. Ceux qui affichent leur indignation face aux impositions et aux injustices de ce monde.

Ceux qui n’ont rien à perdre mais tout à gagner, savent que leur vie est fondée sur la Parole de Dieu et qu’il est impossible que cette dernière revienne en arrière sans avoir produit Son effet dans leur vie.

Ceux qui agissent avec intelligence et questionnent: Comment avoir un jour pris connaissance de la Grandeur de Dieu et de Ses promesses et continuer à vivre une vie qui ne Le glorifie en Rien. Comment accepter une vie plus que limitée, où rien n’avance, où tout se perd, où tout est d’un niveau moyen, sans saveur…

Comment accepter l’inacceptable ?

Et c’est exactement là que commence à naître une Révolte Sainte, un Cri dans l’âme qui refuse de vivre une vie contraire à ce qui est écrit et cru. Ce Cri de Révolte brise toutes les barrières de l’accommodation et de la religiosité.

Il est grand temps d’être sincères envers nous-mêmes et de peser à cet instant notre vie sur la balance, avec d’un côté : notre vie et de l’autre les Huit Mille Promesses laissées par notre Dieu dans sa Parole.

Que constatez-vous? Et jusqu’à quand ?

C’est à chacun d’y répondre

Ce JEUDI 30 Juin lors de la Veillée des Révoltés.

"Dieu est un Juste Juge, Dieu s'irrite en tout temps."

(Psaume 7:12)

L’Eternel Dieu des Armées S’irrite, Oui!

En tout temps!

Il S’irrite pour être allé jusqu’au point de

Sacrifier Son propre Fils

au Mont Golgotha, comme un voleur, un indigne aux yeux de ce monde

et de Ses accusateurs et de voir Ses « dits enfants » comme un peuple lâche, craintif, douteux,

réclamant en tout temps, se retirant dans les ravins des montagnes, dans les cavernes et sur les rochers fortifiés, face à Ses ennemis.

Un peuple qui n’est pas à Son Image et à Sa Ressemblance:

Le Dieu de Guerre, le Dieu de la Révolte !!!

vendredi 24 juin 2011
















Pourquoi s'indigner?
S'indigner contre qui?
S'indigner contre quoi?
Que doit-il se produire de plus pour être indigné?

Combien de fois avez-vous été abordé par des personnes qui disent: Je suis « fidèle » dans ma dîme et ma vie financière ne change pas. J’ai « fait » des chaînes de prière et rien n’est arrivé. J'ai déjà « tout » essayé et rien ne marche. La question est la suivante: A qui la faute? Au pasteur? A l'église? A Dieu? Parce que si la personne est fidèle, fait ses chaînes de prière, a déjà tout essayé et que rien ne s’est produit, il n’y a aucun doute que le problème provient de la personne.

Lorsque quelqu’un manifeste son indignation devant l'autel, Dieu descend immédiatement sur sa vie. Il commence à dépendre uniquement de ses propres forces, car l’indigné est un illuminé au milieu de ceux qui sont déjà éteints.

Quoiqu’il arrive, aussi tragique que la situation puisse paraître, si l’indigné se trouve devant l’autel, Dieu est obligé d’honorer ce qu'Il a promis dans Sa Parole. La plupart du temps, l’indignation se produit lorsque nous sommes face à une injustice. La seule consolation de celui qui est indigné est la réponse à son cri, à son gémissement, ou à ses larmes de colère, parce qu’il ne voit pas les choses marcher dans sa vie.

Lorsqu’il n’arrive pas ce que nous croyons qui doit arriver, nous avons là une raison très forte pour arriver à l’explosion de la foi qui est l’indignation. Lorsque vous êtes face à une situation où un homme lâche agresse physiquement une femme ou une personne âgée est rejetée par sa famille, votre réaction de vouloir aider est immédiate. L’injustice ne passe pas inaperçue devant ceux qui sont motivés par l’impulsion de l’indignation.

Derrière la lâcheté ou l'injustice se cache toujours un esprit et c’est contre lui que nous devons principalement nous indigner. « L'Eternel se tourna vers lui, et dit: Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian; n'est-ce pas moi qui t'envoie?” (Juges 6:14) Dieu ne pouvait s’empêcher de Se présenter à un homme qui a utilisé le modèle de prière de ses ancêtres. Et cela a été possible parce qu’il était en train de travailler indigné, n’acceptant pas de planter et que les autres récoltent.

«Gédéon lui dit: Ah! Mon Seigneur, si l'Eternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils disent: L'Eternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d'Egypte? Maintenant l'Eternel nous abandonne, et Il nous livre entre les mains de Madian!" (Juges 6:13)

Dieu n'a pas changé Sa façon d’agir, Il a juste cessé de Se manifester à cause de la distance que l’être humain lui-même a placée entre lui et Dieu. Une personne indignée, une personne insatisfaite de vivre une vie de honte et d’échecs ne peut rester sans réponse, elle finit par attirer l’attention de Dieu Lui-même. Le temps peut paraître interminable, mais si une véritable indignation est manifestée devant l’autel, Dieu va accomplir ce qu’Il a promis.

Cri de Guerre!!!








Même le Ciel s’habille en rouge!

Dieu s'irrite en tout temps.” (Psaume 7:12)

Ce dimanche, nous aurons le Cri de Guerre.

Cri de guerre contre les blessures et les ressentiments;

Cri de Guerre contre les maladies et les infirmités;

Cri de Guerre contre les trahisons conjugales;

Cri de guerre contre la solitude et les problèmes sentimentaux;

Cri de guerre contre la misère;

Cri de guerre contre la rébellion des enfants;

Cri de Guerre contre les esprits immondes et trompeurs;

Cri de Guerre contre la vie mesquine et misérable;

Cri de guerre contre tout ce qui contredit les Promesses de Dieu.

Nos invités spéciaux:

Ceux qui sont disposés au tout pour le tout, la vie ou la mort.

Ceux qui n'ont rien à perdre.

Sont exclus les craintifs, les timides, et surtout ceux qui doutent que le Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël est le même hier, aujourd'hui et éternellement.

Ceux qui sont habillés en rouge et imprégnés de révolte et de haine contre ceux qui sont sur le chemin de la conquête de la nouvelle Canaan.

Le cri de guerre pour une nouvelle vie!

Evêque Macedo

Dimanche 26 Juin 2011 À 10H00

Spéciale Sainte Cène: La Coupe des Révoltés

samedi 18 juin 2011

Comment va votre Coeur!

Aussi à: Anvers, Gand et Liège.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.